Les clichés sur les Américains sont-ils justifiés?

Ah, les Américains… les premiers mots qui vous viennent en tête sont sans doute: “Donald Trump, McDonald’s, dollar, New York” etc…  
Vous pensez peut-être : surconsommation, capitalisme, liberté…, port d’armes, business first… et Donald Trump (comme échapper à celui-ci à moins de vivre sur Mars ou dans une grotte au fond des bois?). 

Mais les États-Unis c’est immense. 17 fois la France. Peuplés de 330 millions d’habitants, de toutes les cultures (ou presque), langues, religions, etc. Et rien n’est uniforme. 
Alors les clichés à propos de la (encore) première puissance économique mondiale sont-ils justifiés ? Des mythes ? Voire, des mensonges ? 

Je vous livre ici ma version “des faits” basés sur mon expérience personnelle à partir de 3 clichés sélectionnés avec amour. 
Voici le premier. 

Note : Cet article est écrit dans le cadre d’un carnaval d’articles de blogs organisé par https://cours-de-japonais.com/carnaval-mai-2019/
Vous retrouvez en bas de cet article les différents participants.

1/ Les Américains n’ont pas d’éducation

Let’s jump straight into the action (alors directement au coeur de l’action): OUI et NON, comme dans n’importe quel autre pays occidental vous trouverez des personnes pleines de bons sens qui ne sont pas forcément cultivées et qui réfléchissent un minimum à leur vision du monde. 

Mais, pour plusieurs raisons, et notamment des sources d’informations caricaturales (merci Fox News) + un pays qui a tendance à se recroqueviller sur lui-même + un système scolaire (notamment l’école primaire) en mauvais état, les Américains manquent souvent cruellement de culture générale. 
Non pas qu’un pays comme la France soit exemplaire mais force est de constater que leur méconnaissance du monde est parfois frappante. 
Il n’est pas rare qu’un Américain pense que Londres est la capitale de la… France. 
Et vous ? Est-ce que vous placeriez Ottawa comme capitale des États-Unis?

Ce manque d’éveil au monde extérieur conduit, mécaniquement et malheureusement, à des peurs et des comportements caricaturaux. 

En revanche, en terme d’éducation, les Américains sont bien plus efficaces pour se réinventer au cours de leur vie professionnelle. Ils se formeront et changeront de métier beaucoup plus facilement qu’un Français par exemple. L’adaptation aux circonstances, la flexibilité pour tirer parti d’une nouvelle situation étant des traits culturels bien plus marqué chez nos voisins outre-Atlantique. 

So, nothing’s black or white.  
(Donc, rien n’est noir ou blanc.)

 

2/ Les Américains sont franchement sympas.

Oh yeah! That’s true. 100 percent! (Attention on ne met PAS percent au pluriel).
En tout cas bien plus que les Français. Et presque autant que les Belges. Laissez-moi vous dire que quand vous êtes français vous trouvez tout le monde sympa à l’étranger. En effet, (je parle de mes concitoyens, peut-être êtes-vous francophone mais non français, dans ce cas je vous laisse extrapoler la réflexion pour votre propre pays) nous avons le plus grand nombre de touristes au monde chaque année. Mais force est de constater que nous ne sommes pas très ouverts aux étrangers. Essayez de demander votre chemin ou l’heure à Paris… et à New York ça n’a rien, mais rien à voir. 

Dans le premier cas si vous obtenez une réponse c’est bien. Dans le second cas vous pouvez être sûr que la personne vous aidera (vraiment). C’est du vécu et toutes les personnes ayant voyagé dans ces 2 mégalopoles vous diront la même chose. 
Même si, évidemment, on n’atteint pas la gentillesse des Japonais par exemple. Qui, eux, font du fait de vous aider, une question d’honneur. Vous ne savez pas où est la gare, pas de souci votre nouveau “collègue” vous y amène en voiture… 

Donc, oui, les Américains sont friendly (aimables). Sans compter qu’ils sont (très) informels dans leur communication. Ce qui renforce cette sensation de politesse, amabilité, gentillesse. 
Par exemple, en rentrant dans un bar on vous dira “How are you today?” (Comment allez-vous aujourd’hui?) alors que la personne ne vous connaît pas. Surprenant pour nous francophone. De la même façon il est facile de parler avec les gens, de les aborder pour échanger, discuter. Les Américains sont généralement très ouverts.

En revanche, il ne faut pas tomber dans le piège suivant : pensez, du coup, que tout le monde est votre ami.
Oui, les Américains sont aimables (et souvent plus polis que les Français). On dit encore “bonjour – merci – au revoir – s’il vous plaît”. Mais c’est un trait culturel plus qu’une véritable envie de devenir your best friend. Parfois une attitude assez hypocrite. Je généralise évidemment. Ça dépend de chaque personne et du lieu où vous vous trouvez.
Mais c’est encore plus marqué dans les grandes métropoles comme Los Angeles, New York, Miami

Parlant de grandes villes, alors, les Américains sont-ils hyper capitalistes ?

 

3/ Les États-Unis sont-ils le pays de la surconsommation ? 

Well, well, à votre avis ? Franchement, là, pas de doute. La réponse est… (attention suspens)… YES, a big fat YES!
Clairement; les Américains sont les rois du capitalisme. Pour le meilleur… et pour le pire. D’où leur sens affirmé pour la démesure. Allez à Las Vegas pour vous en rendre compte. C’est frappant !

Dans l’âme américaine le capitalisme c’est la liberté : la liberté de s’en sortir. De vivre son American Dream. Donc la société a construit des règles autour du business. Pour le favoriser, le faire prospérer. 
Que ça soit le vôtre ou celui… de votre employeur. Vous pouvez y devenir riche très rapidement. On ne compte plus les reportages de Français roi de la boulangerie à New York ou de la coiffure à Dallas ayant fait fortune au pays de l’Oncle Sam. Et… on ne compte plus les images choquantes de camps entiers de retraités vivant dans leur caravane. Ou de SDF sous les ponts ou dans des tentes. Car ils ne peuvent pas s’offrir un toit “en dur”. 

Mais, Adrien (Adrien, c’est moi, l’auteur de cet article) tu ne crois pas que c’est la même chose en France et en Europe ??

Oui bien sûr, évidemment et… malheureusement. Oui. Mais encore une fois aux USA c’est beaucoup plus le cas. Le sens de la démesure ne concerne pas que la taille des centres commerciaux… 
Dans la société américaine vous avez clairement des gagnants et des perdants. Vous pouvez y faire beaucoup d’argent, aidé par un marché intérieur gigantesque. Mais vous pouvez aussi tout perdre. Et pour longtemps. Car là pas de safety net (filet de sécurité). 

Pour conclure, les 3 clichés que j’ai choisis pour aujourd’hui sont “assez” vrais mais ils demandent d’être nuancés. Car s’ils sont représentatifs de la société américaine il n’en demeure pas moins qu’ils dépendent aussi du lieu où vous êtes et des personnes avec qui vous échangez. 
You’ve been warned! (Vous êtes prévenu). 

Et VOUS, vous êtes d’accord avec moi pour dire que les Américains manquent parfois d’éducation, sont franchement sympas et capitalistes jusqu’au bout des ongles ? 

Dites-le-moi dans un commentaire ci-dessous.

homme souriant avec le drapeau américain

Note : Cet article est écrit dans le cadre d’un carnaval d’articles de blogs auquel participent :

– Apprendre le coréen

– Lucie au pays des lutins (suédois)

– AlModaris (arabe)

– Chinois Tips

Pierre du Monde des Langues

– Vivre à Tokyo

– La Tribu des Pieds Nus (malaisien)

4 commentairesLaisser un commentaire

  • Bonjour Adrien,
    J’organise le Carnaval d’articles avec Sophie.
    J’aime beaucoup ton humour dans l’article.

    Quand j’étais à New York, j’avais besoin de jeter une batterie. J’ai interpellé une personne dans la rue et demandé où je pouvais la jeter. Elle m’a regardée bizarrement et a répondu : “to the bin.” J’ai été étonnée que les américaines ne recyclaient pas les batteries, qui sont toxiques dans la nature.

    Au plaisir de te lire prochainement ! 🙂

  • Je n’ai pas encore eu l’occasion de me rendre aux États-Unis, mais c’est tout à fait comme ça que je voyais les Américains. Je ne dois donc pas être trop en décalage avec la réalité 😉

Laisser un commentaire ou poser une question

Votre adresse email ne sera pas publiée. Il faut remplir les cases signalées par une étoile *