Le guide pour surmonter votre peur de parler en anglais

Cet article a été réalisé dans le cadre de l’évènement “Des blogs et des langues”, sur le thème “Comment vaincre sa peur de parler ?”
Retrouvez tous les blogs ayant partagé leur point de vue sur le blog de Pierre : Holamigo !

 

C’est un vrai plaisir, après quelques mois d’apprentissage, de pouvoir enfin communiquer en anglais avec des natifs.

Pourtant, vos premières discussions vont s’avérer ou se sont avérées plus difficiles que prévu. Vous cherchez vos mots sans arrêt, avez peur de commettre des erreurs de vocabulaire ou de grammaire et finissez par vous mettre des barrières qui vous bloquent constamment.

Heureusement, vous pouvez y remédier avec un peu d’entraînement. Je vous explique tout dans la suite de cet article.

 

Éliminer la peur du ridicule (c’est une peur bête !)

Si vous êtes du genre timide ou manquez d’assurance, la peur du ridicule causera à coup sûr des blocages quand il faudra parler avec des étrangers. Ou pire encore, vous n’oserez pas lancer une conversation et passerez à côté de ça :

  • améliorer votre anglais,
  • faire de nouvelles rencontres,
  • demander de l’aide,
  • en apprendre plus sur une spécificité du pays, la culture, des traditions, etc.
  • faire un voyage agréable 
  • et bien plus encore

Vous pensez que vous aurez l’air idiot si vous commencez à parler tout en faisant une ou deux erreurs.

Vous vous trompez totalement !

La plupart du temps, les gens vous aideront volontiers et salueront même le fait que vous appreniez leur langue. Alors que vous pensez paraître idiot, les gens penseront que vous êtes tout le contraire :

  • vous avez l’intelligence de vouloir apprendre une autre langue,
  • et vous êtes déterminé à utiliser vos connaissances et vouloir vous améliorer
  • … et vous essayez de (mieux) communiquer dans leur propre langue, c’est gratifiant pour eux !

Si vous engagez une réelle discussion avec un natif, il pourra même corriger vos fautes ou vous pourrez lui poser une question en cas de doute.

Osez parler, osez engager une conversation, n’ayez pas peur de faire quelques fautes. Vous y gagnez à tous les coups.

 

Trouver un partenaire (réel ou virtuel) avec qui communiquer

En anglais, on dit souvent practice makes perfect. On peut le traduire par c’est en forgeant que l’on devient forgeron. Et pour pratiquer, vous n’aurez pas dix mille solutions : vous devez parler.

Il peut être assez difficile de trouver des correspondants dans votre région. Pourquoi ne pas demander sur Facebook, en parler à vos amis, peut-être trouverez-vous un anglophone qui aimerait s’améliorer en français avec lequel vous pourrez communiquer.

Trouver un correspondant en ligne est plus simple et il est ensuite aussi plus facile d’organiser des conversations. Il existe des sites tels que italki, Conversation Exchange, The Mixxer ou encore Speaky qui vous permettront de trouver des partenaires en ligne avec qui échanger.

Pour faire des réels progrès, vous devriez faire des sessions le plus souvent possible. Une fois par semaine vous permettra déjà de faire de bons progrès sur le temps.

 

Apprendre du vocabulaire “bagage”

Le vocabulaire “bagage” correspond à celui que vous devez absolument connaître pour vous débrouiller.
Si vous connaissez ces mots, vous aurez beaucoup plus de facilité à aborder une personne et serez plus serein à l’idée de devoir communiquer en anglais aussi.

Comme ce sont des mots et des phrases basiques, vous devrez les apprendre par cœur pour être sûr de pouvoir vous débrouiller. Voici une liste non-exhaustive :

Comment aller à … ? How to get to … ?
Où se trouve … ? Where is … ?
À quelle heure arrive/ part … ? What time does the … arrive/ leave ?
Où puis-je trouver/ me procurer … ? Where can I find/ get … ?
Combien coûte …? How much does … cost ?
Est-ce possible de …? Is it possible to … ?
Est-ce que c’est autorisé de …?  Is it allowed to … ? 

 

Cela peut aussi être du vocabulaire plus spécifique à une situation :

J’ai besoin d’un docteur au plus vite. = I need a doctor as soon as possible.
C’est une urgence, j’ai besoin d’une ambulance. = It is an emergency, I need an ambulance.
Je suis allergique à … = I am allergic to …
Je ne me sens pas très bien. = I don’t feel very well.
Il y a eu un accident, il faut appeler la police. = There has been an accident, we have to call the police.

 

Grâce à ces mots et phrases de base, vous ne craindrez plus de ne pas réussir à vous exprimer et votre interlocuteur comprendra directement ce dont vous avez besoin.

 

S’entraîner à créer des dialogues

Nous allons pousser le concept du “vocabulaire bagage” encore plus loin.
Regardez : en créant des dialogues pour des situations typiques, vous serez bien plus à l’aise lors d”une conversation. Avec cet exercice, vous entraînez votre capacité à créer des phrases et exercez votre vocabulaire en même temps. Vous pouvez le faire dans un petit cahier par exemple.

À force de créer des dialogues, de les lire et relire, vous retiendrez les structures de phrases principales qui vous permettront de dialoguer beaucoup plus facilement.

Le principe est simple : créez d’abord le dialogue en français pour une situation quelconque en utilisant du vocabulaire courant et traduisez-le en anglais. 

Ou encore mieux, vous pouvez essayer de créer directement le dialogue en anglais si vous vous en sentez capables. C’est la meilleure solution, car vous vous forcez à directement réfléchir en anglais ce qui est ESSENTIEL pour parler avec fluidité et donc vous sentir plus confiant à l’oral.

 

dialogue en anglais "au restaurant"

Grâce à un dialogue de ce genre, vous arriveriez à manger au restaurant en anglais sans aucun souci. Vous ne seriez pas obligé de répondre “a coca-cola” par peur de parler quand on vous demande ce que vous voulez boire et vous oseriez demander un vin un peu moins cher.

 

N’ayez pas peur de faire des fautes

Je suis sûr que vous avez déjà entendu ce conseil. Et je suis aussi sûr que … vous ne le suivez pas !

Pourtant, pour vous libérer de cette gêne quand vous parlez en anglais, vous devez accepter le fait que vous apprenez la langue et qu’il est donc normal de faire des fautes.
C’est à l’école, que ce n’est pas normal de faire des fautes (malheureusement).

Quand vous parlez avec quelqu’un, c’est naturel, cela ne doit pas vous bloquer ou vous faire peur. Même en français vous commettez souvent de petites erreurs de grammaire, de vocabulaire, de prononciation etc.

Bien sûr, cela ne veut pas dire que vous devez faire le plus d’erreurs possibles. Cela veut dire que vous devez essayer de réfléchir en même temps que vous parlez au lieu de réfléchir avant de parler. Cela permet de fluidifier la conversation et vous faites beaucoup plus de progrès.

Et même si vous faites une grosse erreur, la plupart du temps c’est plus drôle qu’autre chose et vous rigolerez sans avoir vraiment honte.

 

Quelques questions à absolument connaître en anglais

Maintenant que vous osez enfin engagé une conversation avec un anglophone, il peut arriver que vous vous sentiez un peu perdu. Normal, vous serez tellement à l’aise que votre interlocuteur oubliera que vous ne comprenez pas encore l’anglais à 100%. 😉

Ces quelques questions peuvent alors vous aider :

Pouvez-vous répéter ? = Can / Could you repeat please ? (Could est plus poli, s’utilise avec quelqu’un que vous ne connaissez pas forcément)
Je ne comprends pas ce que tu veux dire. Pourrais-tu le dire en d’autres mots ? = I don’t understand what you mean. Could you please rephrase ?
Qu’est-ce que “…” veut dire ? = What does “…” mean?
Pouvez-vous parler plus lentement ? = Can/ Could you speak more slowly?
Comment “…” se dit ? – Quel est le mot pour “…” ? = How do you say “…”? – What’s the word for “…” ?

 

Vous l’avez bien compris : la peur de parler en anglais avec des natifs vous empêchera de progresser dans la langue et de passer de bons moments.

N’ayez pas peur de faire des fautes. La réelle bêtise est de ne pas parler du tout ! Soyez aussi le premier à engager la conversation, ce sont souvent les premières phrases qui sont stressantes.

Et comme vous l’avez vu, c’est aussi plus simple quand vous connaissez plus de vocabulaire et un minimum de grammaire. Surtout du vocabulaire utile pour les situations courantes.
Vous pouvez (et devriez) aussi pratiquer l’anglais avec des partenaires réels ou virtuels.

Laisser un commentaire ou poser une question

Votre adresse email ne sera pas publiée. Il faut remplir les cases signalées par une étoile *

0