Passer un entretien d’embauche en anglais : ce que vous devez savoir

Disons-le franchement : un entretien d’embauche (a job interview) est rarement une expérience agréable, surtout s’il se déroule dans une autre langue que votre français natal.

Pourtant, ce peut être une excellente occasion de tirer votre épingle du jeu et de décrocher un emploi qui vous plaise et bien rémunéré.

Voici donc un guide pour passer un entretien d’embauche en anglais et surtout le réussir. Vous y trouverez le vocabulaire essentiel, les erreurs fondamentales à éviter ainsi que des conseils tirés de mon expérience personnelle.

Entretien en anglais : quels enjeux ?

Au cours de ma carrière, j’ai remarqué deux cas de figure concernant les entretiens en anglais.

  • Dans un premier cas, la séance se déroule principalement en français, avec un passage par l’anglais pour tester vos connaissances. En règle générale, à moins de postuler pour un emploi exigeant un haut niveau dans la langue de Shakespeare, vous ne devriez pas trop souffrir : les questions restent assez basiques et le niveau de l’examinateur assez aléatoire (pour ne pas dire moins bon que le vôtre);
  • Dans un second cas, l’intégralité de l’entretien a lieu en anglais : soit dans une entreprise internationale, soit pour un poste demandant  de parler couramment la langue. Il est donc indispensable d’en avoir une très bonne maîtrise et de vous préparer un minimum avant l’épreuve.

Nous ne verrons pas ici le premier cas : si vous lisez régulièrement ce blog ou regardez notre “fabuleuse” chaîne YouTube, vous ne devriez avoir aucun mal à faire bonne figure ! Pour vous donner une idée, j’ai eu droit à des questions du type “Quel est le dernier film que tu as vu au cinéma et qu’en as-tu pensé ?”. Franchement, rien d’insurmontable.

En revanche, un entretien d’embauche en anglais peut être une expérience impressionnante : non seulement vous devrez faire la preuve de vos compétences, mais vous devrez également veiller à comprendre et vous faire comprendre dans une langue étrangère !

D’où l’intérêt de bien préparer l’exercice en amont.

Dans cet article, nous nous concentrerons donc sur l’entretien réalisé intégralement en anglais.

Préparer un entretien d’embauche en anglais : ce que vous devez ABSOLUMENT faire !

Pour ne pas être pris au dépourvu le jour de votre entrevue, il est essentiel d’affûter votre anglais. Pour cela, vous avez deux axes de travail.

  1. Connaître sur le bout des doigts le vocabulaire (et donc sa prononciation) lié à votre domaine d’activité. C’est le point plus difficile, mais aussi le plus important ;
  2. Bien maîtriser le vocabulaire général du monde du travail. L’examinateur pourra se montrer plus conciliant en cas d’erreur, mais autant faire preuve de professionnalisme.

Pour assimiler tout ce vocabulaire, la meilleure chose à faire reste de vous y prendre à l’avance. Si vous devez assimiler des dizaines (voire des centaines) de mots la veille d’un entretien, vous risquez de ne pas vous en souvenir le jour J.

entretien en anglais

Bien connaître le vocabulaire de votre domaine

Un réflexe évident mais souvent négligé : apprendre les mots et expressions liés à votre domaine d’expertise. Par exemple, si vous êtes chercheur en météorologie, renseignez-vous (à fond) sur le vocabulaire de la météorologie.

De cette manière, lorsque vous arriverez face à un examinateur, vous serez à l’aise pour parler de votre spécialité et vous montrerez que vous êtes prêt à travailler en anglais. Et que vous faites des efforts appréciables.

Pour vous y préparer, tenez-vous au courant : lisez des journaux et revues spécialisés sur votre thématique, écoutez des podcasts, regardez des vidéos… Bref, faites ce que l’on appelle de la “veille” aussi tôt que possible, notez régulièrement le nouveau vocabulaire et vous obtiendrez vite un bon bagage lexical.

Maîtriser le vocabulaire du monde du travail

Soyons honnêtes : ce ne sera sans doute pas la partie la plus palpitante de votre apprentissage de l’anglais. Mais bien connaître les mots liés au recrutement vous permettra de montrer que vous êtes maître de votre situation.

Vous trouverez dans cet article une liste très complète des termes à connaître absolument pour réussir votre entretien d’embauche en anglais. Prenez le temps de mémoriser tous les mots de la partie “recrutement”, puis tous ceux qui vous semblent pertinents par rapport à votre profil.

Pour apprendre plus facilement ce vocabulaire, il est bien sûr possible d’utiliser une application spécialisée, par exemple MosaLingua dans sa version Business English.

Bonus : obtenir un diplôme d’anglais

Pour mettre toutes les chances de votre côté, vous pouvez au préalable faire certifier votre niveau en anglais. Cela aura un double avantage. Tout d’abord, un diplôme rassurera le recruteur et vous permettra de passer plus facilement la phase de présélection. Après tout, si vous détenez un certificat, c’est que vous avez été en mesure de le décrocher, n’est-ce pas ?

Ensuite, ces examens imposent souvent de connaître le vocabulaire lié au monde du travail. En préparant l’épreuve, vous effectuerez donc tout le travail préparatoire nécessaire à un entretien d’embauche. En d’autres termes, vous ferez d’une pierre deux coups, alors pourquoi vous en priver ?

Le diplôme le plus connu est sans aucun doute le TOEIC, mais il en existe de nombreux autres. A vous de voir lequel s’adapte le plus à votre profil.

Dans tous les cas, ne perdez pas de vue qu’un certificat est un bonus et absolument pas une obligation. Si vous n’en possédez pas, cela ne vous empêchera absolument pas de trouver du travail dans un pays anglophone.

Le cas du CV et de la lettre de motivation

Autre étape incontournable de votre recherche d’emploi : la rédaction d’un CV et d’une lettre de motivation en anglais. Autant dire que ce travail est loin d’être facile : non seulement vous devrez rédiger ces documents dans un anglais impeccable (quitte à vous faire relire…), mais vous devrez aussi apprivoiser les us et coutumes du monde anglophone.

Attention donc, car un CV anglais ne ressemble pas à un CV français ! Vous n’aurez malheureusement pas la possibilité de traduire votre curriculum vitae, il faudra le reprendre de zéro, avec une présentation très différente.

Heureusement, un article sur le sujet vous aidera à y voir plus clair. Vous y trouverez un guide complet pour composer ces précieux sésames. Bonne rédaction !

travail en anglais

Réussir un entretien d’embauche en anglais: ce que vous devez savoir le jour J

Récapitulons : vous avez appris tout le vocabulaire dont vous avez besoin, vous avez écrit un CV et une lettre de motivation en béton et vous êtes prêt à passer l’épreuve du recrutement… Pas si vite !

Comme tout oral, un entretien se prépare et vous devez en maîtriser les codes. Heureusement, les recruteurs se montrent rarement originaux et vous poseront plus ou moins les mêmes questions. A vous d’en faire un avantage en y réfléchissant à l’avance !

Quelques questions récurrentes en entretien

Voici une sélection de questions et sujets régulièrement abordés dans le monde professionnel, avec quelques conseils pour bien les anticiper.

Tell me about yourself

Un grand classique, auquel vous aurez peu de chances d’échapper. Cette question est souvent posée en début de séance et est une invitation à présenter succinctement votre parcours.

Comme ce dernier ne changera pas d’un entretien à l’autre (a priori !), il est utile de préparer votre réponse en amont, pour donner d’emblée une impression favorable.

Munissez-vous d’un papier et d’un crayon, puis listez vos expériences passées en rapport avec le poste. Au besoin, révisez le passé en anglais, car il serait dommage de faire des fautes de temps en anglais.

What are your strengths/weaknesses?

Une autre question très cliché, souvent mal posée à mon goût. Cela ne doit pas vous pousser à mal y répondre, bien au contraire ! La plupart des candidats se contentent de réponses bateaux du style “I’m a perfectionist”. Pour facilement vous démarquer, préparez là aussi vos réponses à l’avance.

Réfléchissez donc à vos qualité et défauts en rapport avec le métier visé et prenez le temps de trouver la meilleure formulation, en vous faisant aider au besoin par un ami anglophone, ou encore en vous servant d’un outil comme Reverso.

L’article de vocabulaire cité plus haut contient plusieurs termes utiles, vous pouvez donc piocher dedans pour étoffer votre description personnelle.

Ce n’est pas un exercice facile, loin de là, surtout concernant vos faiblesses. Mais si vous prenez la peine de le faire, vous ne serez pas désarçonné le jour de l’entretien et vous montrerez au recruteur que vous avez une vision claire de votre profil, et en anglais s’il vous plaît !

Why should we hire you for the job?

Une question piège à laquelle on a vite fait de mal répondre. Pendant votre préparation, faites le point d’une part sur votre profil, d’autre part sur le poste.

Prenez des notes puis listez les arguments tendant à démontrer que d’une, l’offre vous intéresse, et de deux, que vous avez pile les compétences recherchées pour ce poste.

Là encore, l’aide d’un ami anglophone pourra être précieuse pour trouver la formulation la plus naturelle.

Where do you see yourself five years from now?

Le but de cette question n’est pas de jouer à madame Irma, mais de montrer que vous avez au moins une petite idée de votre choix de carrière et de vos aspirations pour l’avenir.

Là aussi, ayez un coup d’avance et préparez quelques éléments de réponse, toujours en lien avec l’entreprise qui vous reçoit.

Do you have any more questions?

Oui, trois fois oui, vous avez des questions ! Il est toujours mal vu de répondre par la négative, même si tout est clair dans votre esprit. Donc prenez des notes pendant la séance et montrez-vous curieux au sujet du poste et de l’entreprise de manière générale.

Si vraiment vous avez toutes les informations dont vous aviez besoin au terme de l’entretien, n’hésitez pas à jouer franc-jeu en donnant une réponse du type “I had questions indeed, but they were all answered during the course of the interview”.

Autre question qu’on attendra généralement de vous : “What are the next steps after this interview?”. Vous montrerez ainsi que le poste vous intéresse et que vous êtes prêt à prendre un rôle actif dans le processus de recrutement.

Une autre astuce qui m’a beaucoup servi : demandez de manière subtile à votre interlocuteur s’il a des doutes sur votre candidature ou s’il y a des points sur lesquels vous pourriez fournir un éclaircissement. Cette question peut sembler osée, mais elle a le pouvoir de magnifier votre candidature, en levant les objections du recruteur.

Vous pouvez par exemple poser une question du style “I think I would be the right fit for this position. Is there anything that may make you think otherwise, that we could address before the end of the interview?”, ou encore “Is there a point that is still unclear and that we could clarify together?”.

Les questions de ce genre demandent beaucoup de doigté ainsi qu’un bon niveau en anglais, car les recruteurs n’ont pas forcément l’habitude de les entendre, mais si vous les utilisez bien, elles augmenteront vos chances d’être admis à un second entretien.

Et de décrocher le job de vos rêves !

entretien en anglais

Derniers conseils sur l’entretien d’embauche en anglais

Un entretien réalisé intégralement en anglais peut être aussi terrifiant que le fait de jouer l’équilibriste au-dessus du vide.

Cependant, ne perdez pas de vue que les recruteurs sont généralement bienveillants et que leur but est d’établir un climat de confiance, pas de terroriser les candidats potentiels. Ils se douteront que vous êtes un peu intimidé et se montreront conciliants envers quelques fautes ou phrases mal formulées.

Donc restez détendu, confiant et toujours cordial.

Si jamais vous sentez que votre anglais n’est pas à la hauteur, ne vous confondez surtout pas en excuses, ce qui trahirait un manque de confiance en vous. Annoncez plutôt que vous êtes dans une démarche active de perfectionnement et que vous comptez bien passer au niveau supérieur d’ici quelques mois.

Ce faisant, vous transformerez une faiblesse en avantage aux yeux de votre interlocuteur.

Pour finir, ne vous découragez pas si votre premier entretien ne se passe pas aussi bien que vous l’auriez voulu. C’est un coup à prendre et plus vous en passerez, plus vous vous sentirez à l’aise. Bon courage pour votre futur entretien d’embauche en anglais !

Pour aller plus loin : un livre intéressant sur le sujet

En complément, voici la référence d’un livre que j’avais lu sur le recrutement : Hiring Smart de Pierre Mornell. Il s’adresse en priorité aux recruteurs et son contenu est par moments assez daté, mais il permet de comprendre précisément ce qu’attend un professionnel des ressources humaines. Le lire vous aidera à apprendre le vocabulaire de ce domaine, mais aussi d’être plus performant lors de vos propres entretiens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *